Comment activer, animer, voire réanimer un document ? Où se situe la ligne de démarcation qui sépare l’archive de son actualisation ? Opérant par rapprochements et raccords, sous la forme d’un collage de photographies, de sons, d’extraits de films et de citations, ce film se tient lui-même sur le seuil, partagé entre l’exposé didactique et l’allégorie. Il est l’ombre portée du film Nouveau Manuel de l’oiseleur.

***

COMMENTAIRE

1
Lorsque je fus introduit auprès d’Oskar Fischinger, raconte John Cage, il se mit à me parler de l’esprit qui se trouve inclus dans chacun des objets de ce monde. Or cet esprit, me disait-il, il suffit, pour le libérer, d’effleurer l’objet, d’en tirer un son. Voilà l’idée qui m’a conduit à la percussion. Je n’ai cessé, au cours de toutes les années qui ont suivi, de palper les choses, de les faire sonner et résonner, pour découvrir quels sons elles contenaient.

2
J’ai étudié pendant longtemps, écrit Freud, une malade dont la névrose avait subi une transformation inhabituelle. À la suite d’une expérience traumatique, cette névrose commença comme une hystérie d’angoisse caractérisée, et persista quelques années. Mais un jour, elle se transforma en une névrose obsessionnelle des plus graves. Ce cas pouvait peut-être prétendre à une valeur de document bilingue et montrer comment un contenu identique est exprimé dans les deux névroses en des langues distinctes.

3
Sommes-nous en train de profaner les objets et les collections ? Une fois profané, ce qui n’était pas disponible et restait séparé perd son aura pour être restitué à l’usage. Car profaner ne signifie pas seulement abolir et effacer les séparations, mais apprendre à en faire un nouvel usage.

4
Visiter ces collections rappelle le passage d’une frontière. Nous pénétrons moins dans un pays qu’à l’intérieur d’une image. Pour l’étranger que nous sommes il n'y a d'autres moyens que l’espionnage.

5
Nous savons bien que les traces de notre présence, subsistent et demeurent sur la terre, après notre disparition, nous dit Marcel Belline, elles ne disparaissent jamais complètement.

6
Certains sons, transposés, passés à l’envers ou réverbérés se détachent de toute référence comme de toute anecdote, et se présentent alors comme des matériaux originaux pour un nouvel usage.

7
Une archive se doit d’être idiomatique, et donc à la fois offerte et dérobée à la traduction. Singularité irremplaçable d’un document à interpréter, à répéter, à reproduire, dans son unicité originale.

Visible sous la forme de signes décoratifs, de jouets, de pièges, de sifflets, de plumes ou de cibles, le motif des oiseaux, souvent lié à l’activité de la chasse, est très présent dans les réserves du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem). Support de fascination et objet d’une capture, l’oiseau trouble la frontière entre l’inerte et le vivant. Un oiseau est-il un document ? Les réserves d’un musée de civilisation peuvent-elles être perçues comme un miroir aux alouettes ? S’agit-il d’œuvrer à une libération du document, à l’instar de la libération animale ? Telles sont les questions posées par ce film visionnaire et poétique, tourné dans les réserves du Mucem à Marseille.

***

COMMENTAIRE

1. Les miroirs pour la chasse aux alouettes sont composés d'un morceau de bois présentant deux faces plates et longues qui forment au sommet, par leur réunion, une arête souvent courbe, quelquefois droite.

2. Ces miroirs imitent un globe de feu que les alouettes viennent contempler d'assez près pour qu'on puisse les tirer et même les prendre au filet.

3. En frouant, on fait venir tous les oiseaux, et surtout les petits, et lorsqu'on entend des pies, des merles, on imite le cri de ces oiseaux en pipant…

4. Les mots sont en général des pétrifications qui provoquent en nous des réactions mécaniques. Le rossignol est un accessoire éternel, la vedette du répertoire lyrique, le réveillon des adultères, le confort des bonnes amoureuses. L'allégorie est une manière d'assassinat, puisqu'elle supprime l'objet et lui vole son sens propre. Ce sont les animaux sans défense, les plantes et les arbres qu'on utilise.

5. Une serinette est une boîte à musique assimilable à un orgue dont on joue par le moyen d’une manivelle. Une serinette est destinée à apprendre des mélodies courtes à des oiseaux siffleurs.

6. - Une étoile, un galet roulé par le torrent, un décor en trompe-l’œil, un animal vivant sont-ils des documents ? - Non. On appelle documents des catalogues d’étoiles, les trophées d’un cabinet de curiosité, des oiseaux exposés dans un musée.

Peut-on reprendre un film, en proposer une nouvelle version en vue d’actualiser ses promesses et ses injonctions non tenues ? Peut-on rafraîchir un film, comme on le dit d’un écran d’ordinateur ? On peut par exemple dire le film, raconter sa fabrique et ses aléas au cours d’une conférence. Traité d’optique est un film conférence qui s’interroge sur les conditions de possibilité d’une reprise au cinéma en croisant culture matérielle et utopie, archéologie des médias et récit familial, à propos d’un film d’étude réalisé en 1987. Si la conférence se substitue parfois au film, celui-ci peut-il être lui-même une conférence ?

 

NOTE

En 1928, sous l'impulsion réformatrice de Mustafa Kemal, le gouvernement turc renonce à l'alphabet arabe pour adopter l'alphabet latin. Ce changement se fit très rapidement. La loi est adoptée le 1 novembre 1928 et entre en vigueur dans toutes les écoles. Les inscriptions arabes disparaissent des rues en quelques jours. Derrière l'éclat lumineux de cette réforme, autoritaire et progressiste, quelles sont les zones d'ombre ? Quelle est la part de violence symbolique d'une telle révolution ?

Conçu comme une enquête expérimentale et poétique, La Révolution de l'alphabet croise les souvenirs oubliés, voire refoulés, d'un épisode historique constitutif de l'identité de la nation turque aux événements récents du printemps 2013 à Istanbul.

L'enjeu de ce film ne vise pas à documenter au seul plan informatif et historique le changement d'alphabet initié en Turquie en 1928 sous l'impulsion de Mustafa Kemal. Le film se propose plus simplement de provoquer des situations contemporaines pour sonder les échos et l'actualité d'un épisode, souvent peu évoqué, voire refoulé, de l'histoire de la nation turque.

Chaque séquence a pour motif le retour d'une mémoire enfouie, en donnant à lire aujourd'hui du turc ottoman à un jeune étudiant, en demandant à des choristes de chanter un hymne oublié (la « marche de l'alphabet », composée en 1928 pour accompagner la réforme), en visitant des bibliothèques ou des imprimeries, en observant le travail d'un projectionniste ou d'un calligraphe. Chacune de ces situations s'attache à décrire le travail de la mémoire sans céder à la tentation d'un savoir objectif ou neutre. Il s'agit plutôt de donner à voir le mécanisme de la revenance, exacerbant le caractère spectral, voire fantastique, de la mémoire.

Conçu comme une enquête, le film est rythmé au gré de douze chapitres : révolution, alphabet, écriture, amnésie, spectre, désastre, machine, avant-garde, résurrection, lettre, cinéma, anagramme. Au-delà de la question du bien-fondé ou non de ce changement d'alphabet, La Révolution de l'alphabet cherche à produire des courts-circuits entre, par exemple, la mémoire de la réforme et le rôle des graffitis lors des événements de Gezi, ou le changement d'alphabet et le passage de l'argentique au numérique, d'où sa forme proche de l'essai, expérimentale et poétique, croisant le passé et le présent.

Érik Bullot, décembre 2014

***

COMMENTAIRE

PROLOGUE.
Dressons une table. Ouvrons des livres, des albums, des documents. Procédons à des rapprochements. En 1928, sous l'impulsion réformatrice de Mustafa Kemal, le gouvernement turc renonce à l'alphabet arabe pour adopter l'alphabet latin. Ce changement se fit très rapidement. La loi est adoptée le 1 novembre 1928. Un mois plus tard, l'usage des nouveaux caractères est obligatoire pour les enseignes, pancartes, affiches, écriteaux, réclames, livres et brochures. Les inscriptions arabes disparurent des rues en quelques jours.

Derrière l'éclat lumineux de la révolution de l'alphabet, quelles sont les zones d'ombre ? Que signifie toucher à l'écriture d'un peuple ?

I RÉVOLUTION. DEVRİM
Un tel mouvement de contestation dans l'espace public semblait impossible en Turquie il y a encore quelques mois. L'expression libre fleurit à loisir à travers les banderoles, les tracts et les graffitis. Les murs se sont transformés en abécédaires. Nous sommes venus pour enquêter sur la révolution de l'alphabet et nous voici au cœur des événements.

II ALPHABET. ALFABE

III ÉCRITURE. YAZI

IV AMNÉSIE. AMNEZİ.
Un peuple discipliné devient alors, sous prétexte de culture moderne, comme illettré, incapable, d'une génération à l'autre, de lire des siècles de mémoire. Voilà, pour je ne sais quelle aventure, une terrifiante façon de quitter son pays, la plus monstrueuse, mais la seule, peut-être : l'amnésie ! Sous le fouet, sous la dictature du temps, sous la contrainte d'une discipline apparemment arbitraire et qui, comme toujours, se donne les meilleures raisons du monde.

Les émeutes ont repris cette nuit à Taksim et sur l'avenue principale d'Istanbul. Le quartier était cerné par la police, et les promeneurs durent emprunter des taxis pour rejoindre leur habitation et contourner les barrages. Que faisons-nous ici ? Ce film sur la révolution de l'alphabet a-t-il encore un sens au moment même où la Turquie rencontre une crise majeure de son histoire ?

V SPECTRE. SPEKTRUM.
Comment donner à voir ce qui a disparu ? Ce qui est oublié, enseveli, refoulé. Ce qui demande peut-être à renaître, comme une langue morte ressuscitée.

VI DÉSASTRE. FELAKET.
Difficile de faire la part des choses au cours de ces échanges. Chacun confond à plusieurs reprises le turc ottoman et l'arabe, s'emmêle dans les faits et les dates. Nous découvrons à nouveau combien la mémoire de la réforme de l'alphabet est enfouie, suspecte, complexe, refoulée peut-être comme une tache aveugle.

Nous ne pensons qu'à elle, je veux dire à elle, à la lettre. Ici, à la lettre des Turcs, à la translittération qui leur est arrivée, les frappant en pleine histoire, à leurs lettres perdues, à l'alphabet dont ils ont dû changer brutalement, il y a peu, sur l'ordre d'un extravagant, lucide et cruel émancipateur des temps modernes, d'un génial militaire, qui a mis ses sujets au pas de la modernité. En route pour le grand voyage ! En avant marche !

VII MACHINE. MAKİNA.
Mais peut-être le coup de la lettre nous est-il porté chaque fois que quelque chose arrive : il faut non seulement se transformer mais aussi changer de corps, convertir la chair des mots et des images en faisant semblant de rester le même. Changer d'alphabet, transformer le sujet ottoman en citoyen turc. Le nouvel alphabet est une machine à accélérer l'histoire. Il aura fallu, pour ce faire, s'affranchir du cercle de fer des caractères arabes, fondre de nouveaux caractères de plomb, importer des machines à écrire, imprimer des dictionnaires pour mettre en scène le songe futuriste d'un homme nouveau.

VIII AVANT-GARDE. AVANGART
Hommage à Nazım Hikmet

Turgay est comédien. Il nous aide à trouver des acteurs pour le poème de Nazim Hikmet. Il s'enflamme pour le projet du film au cours du tournage. Nous comprenons peu à peu qu'il tient à nous faire partager son expérience personnelle et ses positions critiques sur la réforme de l'alphabet. Sa famille est originaire du sud est de l'Anatolie et parle arabe. Les souvenirs liés à la réforme sont chez lui encore vivaces.

IX RÉSURRECTION. DİRİLİŞ
Turgay déroule le fil de ses souvenirs. Sa parole est vive et précise. À la fin de l'entretien, il nous propose d'assister à un cours de turc ottoman dont l'enseignement est autorisé depuis peu par le gouvernement.

X LETTRE. HARF.
Il nous aura fallu noircir des cahiers, lire de vieilles revues, exhumer des partitions oubliées, fureter dans les bibliothèques, écrire des poèmes et des fables, tracer des diagrammes et des plans de montage pour tenter de cristalliser la lettre effacée d'une révolution.

XI CINÉMA. SİNEMA.
Changer d'alphabet. Nous en sommes aujourd'hui coutumiers. Nous délaissons nos machines à écrire, nos vieux appareils photographiques, nos tourne-disques. Nous jetons au rebut les documents devenus illisibles. Parfois, nous opérons des transferts entre les supports. Nous copions les films anciens. Les variations lumineuses deviennent des signaux électroniques. Nous traduisons d'un alphabet à l'autre, continûment. D'une rive à l'autre. L'archive est devenue un lieu de conversion.

XII ANAGRAMME. EVİRMECE.
Reprenons. 1928. Enseignes, pancartes, affiches, écriteaux, annonces, réclames, la révolution de l'alphabet transforme l'espace public. Le nouvel alphabet est visible dans les rues et sur les bâtiments. De grandes lettres sont accrochées sur les façades. Juin 2013, le parc Gezi est occupé pour s'opposer à un projet urbanistique et voit la rue se transformer en écritoire. Nous rencontrons à Ankara Elvan et Sevil, deux professeures d'architecture, et leurs étudiantes. Nous leur montrons quelques images d'Istanbul et du parc Gezi prises en juin dernier en guise de texte à déchiffrer.

CODA. KODA.