Faux amis

Note sur Faux amis
Réalisé en avril 2011 avec un groupe d’étudiants américains de l’Université de Buffalo, ce film explore les situations d’ambiguïté linguistique entre le français et l’anglais à travers la catégorie des faux amis. Dans la pénombre d’un studio transformé parfois en salle de classe, les modèles lisent tour à tour quelques définitions grammaticales et des listes de faux amis, s’exercent à des dialogues nonsensiques, récitent des poèmes doués d'un double sens selon le choix de la langue, manipulent des abécédaires et des cartes à jouer. Autant de rencontres qui provoquent des équivoques de langage, des impairs et des contresens, au gré de la musique pour piano préparé parfois dissonante composée par Arnaud Deshayes. Le français et l'anglais se regardent-ils en chiens de faïence ?

Par ces différents jeux poétiques et visuels, le film rend également hommage à la tradition du film structurel américain grâce à la présence tutélaire de Tony Conrad qui improvise un discours sur l’amitié et ses faux-semblants.

Au cours d'une performance, le poète Steve McCaffery lit son poème Panopticon et multiplie les intrigues et les écarts entre parole, écriture et silence. Regarder. Regarder et observer. Observer le mot lecture. Lire le mot lecture. Regarder l’image du mot lire. Lire le mot image. Les mots se substituent volontiers à l’image. Le film est devenu un alphabet, un glossaire, une anthologie poétique, un traité grammatical. Le cinéma est-il entré dans la demeure du verbe, pour reprendre la formule d’Hollis Frampton ?

Érik Bullot, mars 2012