Glossolalie

GLOSSOLALIE

(script)

Générique. Projecteur de cinéma. Ruban de la pellicule. Chanson du groupe Auktyon, d’après un poème de Vélimir Khlebnikov.


1 LETTRE FILMÉE : un visage dissimulé sous des gants blancs, le clavier d’une machine à écrire, une colleuse de cinéma, des films, un ruban de pellicule passant devant un projecteur. Une voix féminine, avec de nombreux chevauchements.

“ J’écris, les yeux fermés, une lettre en l’absence du spectateur. Les films sont devenus des chiffres et des énigmes. J’écris, du bout des doigts. Je filme, les yeux fermés. Mon attention s’était fixée sur les phrases plus ou moins partielles qui, en pleine solitude, à l’approche du sommeil, deviennent perceptibles pour l’esprit sans qu’il soit possible de leur découvrir une détermination préalable. Je me bornai tout d’abord à les retenir. Les films relèvent de la correspondance privée. Ce sont des lettres écrites dans une langue inconnue. J’invente la langue d’un spectateur cryptologue. Les films sont des rébus. Je griffonne des images, les yeux fermés. Le film a perdu sa transparence. Il est devenu un écran opaque où les chiffres secrets apparaissent en filigrane. Je n’ai jamais cessé d’être persuadé que rien de ce qui se dit ou se fait ne vaut hors de l’obéissance à cette dictée magique. ”


(Comptine en hébreu).

 

glossolalie

 

2 ENTRÉE DES MÉDIUMS : sur une terrasse, un homme, interprété par Xavier Tort, répond à son interlocuteur en inversant, phonétiquement, chacune de ses questions, tirées d’un livre de grammaire espagnole. Le son est ensuite inversé, réplique en miroir du plan précédent.


(Comptine néerlandaise).

 

 
 

glos03xaviertort


3 LA FAUSSE PAROLE ou HOMMAGE À ARMAND ROBIN : des livres, des dictionnaires dans des langues étrangères (chinois, coréen, serbe). Une voix féminine, avec chevauchements.

“ Je m’embuissonnai de chinois pour mieux m’interdire tout retour vers moi. Je mendiai en tout lieu non-lieu. Je me traduisis. Trente poètes en langues de tous les pays prirent ma tête pour auberge. Sans parole, je suis toute parole ; sans langue, je suis chaque langue. Dès que l’ombre s’assemble, je m’absente de ma vie et ces écoutes de radio, dont je me suis fait cadeau, m’aident à conquérir des fatigues plus reposantes en vérité que tout sommeil. Chinois, Japonais, Arabes, Espagnols, Allemands, Turcs, Russes font au-dessus de moi leur petit bruit, m’encouragent à quitter mes enclos ; je saute le mur de l’existence individuelle. J’ai besoin chaque nuit de devenir tous les hommes et tous les pays. ” (Armand Robin)

(Comptine japonaise).

4 MODERN TIMES
: Des jeunes filles conversent dans des langues étrangères à propos de l’écriture de la parole et du langage mimique. Des sous-titres nous aident à suivre leur conversation. On saisit peu à peu qu’elles ne se comprennent pas. L’une parle chinois, la seconde slovaque, la troisième arabe. Le titre de ce chapitre est un hommage à la chanson interprétée par Chaplin dans les Temps modernes.

“ Mais il n’est pas plus facile de décrire des gestes par des paroles, que de peindre des paroles par des gestes.
— Tout ce qui se passe au dedans de nous se réfléchit dans notre physionomie.
— Comment peindre la parole ?
— Difficile de peindre le mouvement.
— En inventant des signes ?
— Les signes sont des énigmes difficiles à déchiffrer. ”

“ La main est le principal instrument du langage mimique. C'est un langage universel, à la manière d'Internet.
— Peut-on écrire le mouvement ?
— Il faudrait pouvoir écrire la pantomime aussi vite que l’on écrit la parole.
— Il faut un moyen de peindre ces signes, de les fixer sur le papier. Ce serait une question neuve que de rechercher les règles du langage d’action et d'en fixer le code.
— Si nous pouvons trouver un caractère pour représenter la main qui agit, et un autre pour le mouvement exécuté, le geste sera écrit. ”

“ Comment franchir les obstacles du langage ?
— La traduction autorise une communication étendue.
- Les traductions sont souvent fausses, inexactes.
- Le mieux est d'apprendre, même avec difficulté, beaucoup de langues.
- Dans ce film, on parle l’arabe, le chinois, le slovaque.
- Mais personne ne comprend personne.
- Chacun comprend son idiome.
- Ou croit le comprendre…
- On parle aussi, disent les spectateurs, le babélique.
- J’aimerais beaucoup apprendre le babélique.
- Nous le parlons déjà.
- Ce film sera un curieux rébus. ”

5 CRYPTOGRAPHIE
: des machines à chiffrer, une loupe sur des rouages, le clavier de la machine Enigma, un texte incompréhensible sur une machine à écrire. Chanson du groupe Auktyon, d’après un poème de Vélimir Khlebnikov

(Comptine serbe).

6 MIMOGRAPHIE ou HOMMAGE À AUGUSTE BÉBIAN : Une main consulte un ouvrage sur le langage des signes. Une voix féminine.

“ L’on tenterait en vain de décrire des signes mimiques avec des mots. Il faut un moyen de peindre ces signes, de les fixer sur le papier. Il faudrait pouvoir écrire la pantomime aussi vite que l’on écrit la parole. La main est le principal instrument du langage mimique. C’est, de tous les organes du geste, le premier que nous chercherons à peindre. ” (Auguste Bébian)

Conversation avec Lucie Georges, interprète en langue des signes. On entend sa voix, qu’elle signe simultanément. Elle relate son expérience avec le monde des sourds, évoque la question de l’ordre des mots dans la langue des signes .

(Comptine arabe).

7 LANGUE DES OISEAUX. Un calligraphe, vue en plongée, trace au pinceau des caractères. Voix féminines : l’une claire, la seconde chuchotée. Comptine chinoise chantée en arrière-plan sonore.

“ Tsang-kie, étant un jour allé à la campagne, se trouva par hasard dans un lieu sa-blonneux sur le bord d’une rivière, où il vit quantité de vestiges d’oiseaux imprimés sur le sable. Il examine avec soin tous ces vestiges, s’en remplit l’imagination, et de retour à sa maison, il prend une petite planche de bambou, se fait un espèce de pinceau assez pointu, le trempe dans du vernis, et trace diverses figures sur le modèle des vestiges des oiseaux qu’il avait vus. Il en composa ainsi jusqu’à cent quarante qu’il appela pour cette raison, caractères de vestiges d’oiseaux ” (Joseph de Mailla)

(Comptine russe).

 

glos01caractreschinois


8 BIALYSTOK : les jeunes filles du chapitre 4 parlent toutes en même temps. Une jeune femme et sa fille racontent leur expérience et leur passion de l’espéranto. On les voit converser et chanter en espéranto.

(Comptine en hébreu).

 

 
 

glos15esprantistes

 

 

9 GÉOLOGIE DU SON ou HOMMAGE À ANDRÉ BIÉLY : Une jeune femme lit la Bible en hébreu. Une loupe sur une gravure de Kircher. Une voix féminine.

“ De profonds mystères gisent dans la langue. Dans les grondements des parlers gisent les sens d’un verbe énorme. Il fut un temps où ce serpent était flux, où le palais était voile des rythmes emportés dans leur mouvement. Le Cosmos en durcissant devint la cavité buccale. La colonne d’air, danseuse du monde, devint notre langue. Je rentre dans ma bouche pour y épier la création du langage. J’ai à dire une histoire en laquelle je crois comme en ce qui fut. L’histoire des sons. J’ai à dire la vérité sauvage du son. Si je pouvais entrer dans le son, entrer dans ma bouche et me voir moi-même, débout, au milieu, à l’intérieur du temple des lèvres, je ne verrais ni langue ni dents ni gencives ni voûte obscure du palais humide et chaud : je verrais un ciel, je verrais un soleil. ” (André Biély)

(Comptine serbe).

10 LANGUES DE FEU : un homme lit des poèmes de Vélimir Khlebnikov, dans un bureau tapissé de livres. Un pasteur pentecôtiste explique le don de glossolalie. Montage parallèle.

(Comptine slovaque).

11 ZAOUM : Michael Snow, devant un micro, répond à des questions, en intertitre, en improvisant un langage imaginaire.

“ Selon vous, toute langue est-elle traduisible ? ”
“ La communication est-elle un jeu ? ”
“ Doit-on, dès lors, étudier les langues étrangères ? ”
“ Que pensez-vous du langage mimique ? ”
“ Sommes-nous perdus dans la tour de Babel ? ”.

(Comptine serbe).

 

 
 

glos09michaelsnow



12 LIBEN FIBELS
. On entend dans quatre langues l’alphabet : néerlandais, castillan, hébreu, coréen. Des objets défilent, formant un abécédaire, pendant que le générique commence.

Générique de fin.
Chanson du groupe Auktyon, d’après un poème de Vélimir Khlebnikov.